Sur une conjecture algébrique de Sato-Tate