Sur le calcul effectif du groupe de Picard d'une surface algébrique