Commission parité

La commission parité est composée d'environ 8 personnes représentant la diversité des statuts et des établissements de rattachement de l'IRMAR. Sa première mission est de proposer des mesures concernant la représentation des femmes dans les activités scientifiques du laboratoire et les procédures de recrutement. Elle veille également à leur mise en œuvre et à l'évolution de la situation. Elle a également en charge la prévention du harcèlement moral ou physique. Les aspects liés à l'enseignement pourront également être travaillés en collaboration avec les établissements.

Référent :
Christophe Dupont

Membres :
Juliette Bavard

Christophe Dupont
Marie-Pierre Etienne
Magalie Fromont
Valérie Garès
Christophe Ritzenthaler
Barbara Schapira
Juan Souto
Bert Wiest

Vendredi 15 mars 2019 :
Journées de Sensibilisation "Femmes dans les Sciences"
Soutenue par les laboratoires IETR, IRMAR, IRISA, la délégation régionale du CNRS et l'Inria-Rennes.
Cette journée a été initiée par le groupe de travail Égalité Hommes Femmes de l’IRISA.
Le matin : conférence tout public sur les enjeux sciences numériques / femmes.
Après-midi : représentation du spectacle ’Silences complices’ par la compagnie Desamorces.

Propositions de la Commission Parité votées lors du Conseil de l'IRMAR du 6 juillet 2018 :
« La Commission recommande à tous les organisateurs et organisatrices de séminaires et conférences d'être vigilants sur la représentation des femmes aussi bien débutantes que confirmées. La Commission propose de publier chaque année (au mois de janvier) un bilan des effectifs femmes et hommes invités dans les séminaires et conférences de l'IRMAR lors de l'année précédente. Ces données seront communiquées par les
responsables d'équipes lors du bilan annuel et la Commission Parité propose de faire apparaître ces chiffres dans le bilan HCERES ».

« La commission propose de suggérer aux responsables des séminaires et des comités scientifiques des conférences :
- de penser à inviter des mathématiciennes confirmées, souvent très sollicitées (dès le début de l'année pour les séminaires, et dès le début de l'organisation pour les conférences),
- de demander aux collègues d'équilibrer dans leurs propositions le nombre d'orateurs et d'oratrices ».